fbpx
Bruno Lallement et le maire de Wildersbach

Les balades de Bruno

Un échange très riche entre le maire de Wildersbach et Bruno Lallement fondateur d'une association humanitaire

Suite à mon article qui relatait le caractère bruyant et peu respectueux de l’environnement du village de Wildersbach, j’ai eu le bonheur de rencontrer le maire, Mr Jacques Michel

J’ai découvert un homme réellement soucieux du bien-être son village et des conditions de vie de ses habitants. Un homme sincèrement engagé et désireux de se donner les moyens pour y parvenir. Il m’a fait part de l’impact de mon article sur la réputation du village et j’ai accepté de corriger un certain nombre de points qui n’avaient peut-être pas très bien été explicités. J’ai eu également la très  bonne surprise de découvrir que notre maire fait partie de ses « écologistes de la dernière heure » qui fauchent encore à la main et non avec cet engin horriblement bruyant qu’est la débroussailleuse.

Une interview avec Sébastien Heim fondateur des jardins écoligiques Hyménopetra

Les habitants du village devraient réellement s’inspirer de son exemple et ne pas sortir  systématiquement leur engin dès que les herbes ont gagné seulement quelques centimètres.

La biodiversité au coeur de l'actualité

Quand je vois les surfaces impressionnantes qui sont rasées régulièrement dans le village malheureusement comme dans de nombreux endroits de France, parfois des près entiers, le spécialiste de la biodiversité que je suis  a bien de la peine à retenir sa tristesse en pensant au massacre de millions d’insectes et de petits animaux qui aujourd’hui sont en voie de disparition. Il suffirait de semer de la jachère fleurie pour ne plus avoir besoin de débroussailler à tout va et ainsi permettre la restauration de toutes ces espèces qui disparaissent. Aujourd’hui, rien qu’en France,  les jardins privés  représentent à eux seuls mille milliards d’hectares. Si chacun faisait ce simple petit effort de remettre de la vie dans son jardin au lieu de tout raser jusqu’à voir la terre, les animaux insectivores comme les oiseaux, les hérissons, les batraciens ne mourraient plus de faim. Sur ce point, les habitants de Wildersbach pourraient devenir un exemple pour d’autres villages s’ils ne souhaitaient. Au lieu voir ces surfaces impressionnantes complètement rasées, une étendue de plantes mellifères  donnerait à ce village bien plus de vie et de gaieté et réjouiraient nos amis les animaux. Les Français de manière générale souffrent du « syndrome du jardin propre ». Mais comme se plaît à le répéter Sébastien Heim fondateur d’ Hymenoptéra, grand spécialiste des insectes « un jardin propre est impropre à la vie »

Au coeur du village de Wildersbach

Bien que dans ma première publication, j’ai été soucieux de ne m’en tenir qu’aux faits et aux faits seulement, concernant le bruit, je dois admettre que cela ne concerne pas l’ensemble du village, mais surtout sa partie centrale. De là où j’habite, j’ai une vision d’ensemble du centre du village et je me trouve aux premières loges de son activité quotidienne.

Wildersbach, le village maudit

 Au point d’entendre parfaitement les conversations des personnes qui échangent devant l’arrêt de bus. Le centre est en effet un véritable cercle fermé fait de plus d’une trentaine de maisons. Un premier habitant de ce « cercle » se lance à débroussailler, suivi d’un autre et ainsi de suite, nous avons là un ballet de débroussailleuses qui s’enchaîne. Cela dure parfois des journées entières sans véritable pause. C’est vrai, ce n’est pas tous les jours, mais parfois, et ce n’est pas rare, on entend trois ou quatre débroussailleuses tourner en même temps. 

Alors qu’on espère avoir un peu de répit le we, c’est sans compter avec la bête noire du maire lui-même. Les deux grands gîtes (22 lits pour le plus grand) qui s’animent dès le vendredi soir. On entend chanter, parler fort, crier parfois tard dans la soirée, mais aussi dans la journée. Le maire s’efforce d’arranger la situation, mais sans l’appui des habitants qui pourtant en souffre, je crains que le combat soit vain. Alors je profite de cet article pour lancer un appel à celles et ceux qui ont à souffrir des nuisances sonores des gîtes de s’associer au maire pour y mettre fin.

Wildersbach, un village qui a du potentiel, mais ...

En résumé, Wildersbach n’est certes pas un village plus bruyant qu’un autre, il convient de reconnaître que le bruit se localise davantage en son centre où il serait peut-être judicieux que les habitants se concertent pour réduire cette pollution sonore.

Je salue surtout le dévouement de Monsieur le Maire pour son village. J’ai senti un homme intègre  et prêt à faire ce qu’il faut pour que son village se porte le mieux du monde.

Rencontre entre le maire de Wildersbach et Bruno Lallement

Post navigation